Acceuil Mots clés Article taguer avec "Malaisie"
Tag:

Malaisie

Jour 158 – La Malaisie, de la chaleur, du dépaysement et beaucoup de gentillesse
     Aujourd’hui j’ai quitté la Malaisie. Un pays et même un continent que je ne connaissais pas du tout. Au premier abord j’ai eu quelques craintes, un temps humide et très chaud, un sol trempé dans tout les coins de verdure , voir même très souvent inondé, peu de parcs et les terrains de sport tous fermés et gardés par un agent, je me demandais un peu où es ce que j’allais dormir, j’étais dans l’inconnu. Passer du désert Iranien au foret tropicale de Malaisie, ça surprend. D’ailleurs pour ce qui est de leur climat j’ai donc appris que c’est une bonne saison pour eux actuellement. Car ils ont chaque jours des averses qui rafraîchissant l’air. Du coup ils ont froid ou sont bien a cette période. C’est l’hiver à 30 degrés. Déjà là je suis en sueur nuit et jour et je prends des coups de soleil . J’imagine pas quand il fait chaud. 
 
    Je sais pas si c’est la technique que j’opte ou la chance , mais j’ai réussi à dormir abrité pratiquement toutes les nuits. Car quand il pleut, il pleut ! Côté insolite j’ai pu dormir dans un temple chinois et une autre fois dans une salle de prière. (Deux lieux heureusement fermés la nuit) 
 
     Sur la route que j’ai parcouru j’ai donc pu découvrir la capitale (Kuala Lumpur), j’ai visité quelques villages sympas, vu des champs de thé dans les montagnes sur le site de Camerons Highlands , j’ai visité l’île de Penang au nord et roulé sur les petites routes entre les rizières.
   
    Ma plus grande découverte c’est la faune et la flore, dans ce climat équatorial j’avais jamais vu des forêts avec une telle végétation. C’est la jungle. Et niveau animal voir des singes courir sur les fils électriques au dessus de sa tête, croiser d’indénombrables tortues sur le bord des routes, voir s’enfuir des varans à la démarche de dragon,… c’est pour le coup dépaysant! 
 
      Niveau nourriture à par le célèbre fruit tant adoré par les Malais, le durian, qui m’a donné envie de vomir, c’est généralement très bon. J’ai quand même eu certaine petites choses pas super bonnes mais j’ai généralement très bien mangé. La nourriture est très variée entre les régions mais aussi variée quant à la personne qui l’a fait. Ils le font chacun à leur manière. La Malaisie est un pays ayant énormément subit l’immigration des chinois , thai, Sri Lanka , Inde,…. Donc beaucoup de variétés dans la nourriture. J’ai aussi pu découvrir la «street food », c’est à dire que chacun fait son petit plats dans la rue, très bon marché et très rapide. 
 
     Encore des rencontres avec des personnes absolument géniales qui m’ont fait goûter au pays et qui m’ont offerts le luxe de bien dormir. J’ai encore beaucoup de choses à voir dans ce pays, ce sera une prochaine fois.                                                                     
                                                          En route pour la Thaïlande! 
 
     
25 janvier 2018 6 Commentaires
6 Facebook Twitter Google + Pinterest
Jour 145 – Nouveau départ sur un nouvel horizon

    Un départ pour un tel voyage, c’est pas rien. Ça fait toujours des sensations un peu bizarres. Ce n’est pas de la peur, ni de la réjouissance. C’est savoir que ça se passera bien mais sans savoir comment, ni où. Ma réponse je l’aurai à l’atterrissage.

    L’atterrissage, oui, pendant qu’on en parle, j’étais donc de passage en France. Et ce matin ou hier ou avant hier, (je ne peux plus me fier à ma montre), j’ai repris l’avion de Paris pour continuer ma route. J’avais annoncé Singapour mais comme d’habitude, ma certitude sur les destinations est plutôt bof, et j’ai donc atterris à Kuala Lumpur. Bon, c’est vrai que c’est plus le prix du billet qui m’a fait changer de destination, mais qu’importe. Le plus important, c’est que je sois sur le vélo.

   Je pense visiter la capitale de la Malaisie avant de reprendre sérieusement le vélo. J’aurais besoin de retrouver un sommeil qui concorde avec la nuit. J’ai pris 7 heures de décalage horaire et 25 degrés. 

  Jusqu’ici j’avais écris ce début d’article dans l’avion, la suite se passe 24 heures après mon atterrissage.

   Me voilà face à mes deux cartons (mon vélo et mes bagages). Plus qu’à remonter le vélo et partir. J’avais 30 km à faire pour atteindre l’hôtel, sur c’est 30 km je suis arrivé mouillé comme si je sortais de la piscine. En plus de passer de 5 degrés en France, à 25 degrés, il y a un niveau d’humidité étouffant. C’est la sensation qu’on a lorsque qu’on rentre visiter des serres tropicales. Donc déjà là j’ai enlever le jean et le teeshirt à manches longues, pour sortir les manches courtes et le short. Au bout de 20 km une surprise m’attendait, une averse de 2 minutes (et aucun abris).  C’était un 1 saut d’eau sur la tête par seconde. Bon là c’était fait, j’étais mouillé de la tête au pied. Ensuite une deuxième surprise, un hôtel que j’avais réservé et qui était fermé … voilà une bonne remise en jambes. 

    Welcome to Malaysia 

   Malgré tout, tout ça se finira bien. Je suis allé vers un autre hôtel, qui, avec un peu de négociations, m’offrira une chambre pour la nuit gratuitement. Les premiers kilomètres dans ce pays sont déjà surprenants. Beaucoup d‘odeurs que je n’avais jamais senties auparavant dans les forêts, au coin d’une rue. C’est aussi très sonore ! Les cris d’oiseaux attirent l’attention dans les arbres. Je me retrouve vraiment dans un nouveau décor que je n’avais encore jamais vu jusque là.

   Quand je vois que les gens sont en pull et pantalon et que moi en short et teeshirt, sans bouger, je suis en age… Et quand je me retrouve à faire un face à face avec les automobilistes en arrivant aux croisements ( pays où on roule a gauche ), j’aurais besoin d’un petit temps d’adaptation. 

 

13 janvier 2018 13 Commentaires
7 Facebook Twitter Google + Pinterest