Acceuil Mots clés Article taguer avec "Iran"
Tag:

Iran

Jour 116 – Je suis en France !

    Effectivement ce n’est pas croyable mais je suis en France avec mon vélo et Kiki. J’ai eu un rendez vous important au niveau familial, donc retour obligatoire (rien de grave). Un retour qui est tombé au bon moment cela dit. C’était la fin de mon visa iranien, je devais dans tous les cas prendre un avion pour la suite, c’est la période de la raclette et c’est noël…

    Je vous explique. Bon déjà comme vous avez pu le voir, je suis difficilement prévisible sur mon trajet. Personne ne sait vraiment où est-ce que je vais aller et ne pas aller. C’est pas que je ne veux pas vous le dire, c’est que je ne le sais pas moi même. Arrivé en Iran je savais que je devrais prendre un avion pour continuer, car par le sud c’est la mer, par le Pakistan c’est la guerre et par le nord c’est l’hiver. J’ai donc eu l’idée de prendre un avion de l’Iran ou de Dubaï jusqu’en Inde… Sauf que j’ai entendu dire que l’Inde du nord est surpeuplée et sur polluée. Je n’avais déjà pas très envie d’aller en Inde à vélo, le choix a donc été vite pris. J’ai donc choisis d’atterrir à Singapour. Destination non prévue à la base mais il fallait bien que je remplace l’Inde par un autre pays. J’ai vérifié le temps et le climat pour ne pas finir en Russie en hiver mais grâce a ce petit mois en France je reprends la route comme prévu.

    Je repars donc à la mi-janvier de Singapour, en direction du nord. Pendant ce mois je profite de mon retour pour remettre à niveau mes bagages. La suite du voyage ne sera pas le plus simple, l’hiver, des désert et des cols jusqu’à 4 800 mètres d’altitude sur la route du Pamir au Turkménistan et Kirghizistan. Il va donc me falloir des vêtements un peu plus chauds et techniques car le plus dur est à venir! Mais qu’est-ce que j’ai hâte !

    Pour ce qui est de l’Iran, je pense que vous avez pu sentir dans mes articles précédents, ainsi que dans mes photos, que ce pays est tout simplement merveilleux. Un peuple à la générosité démesurée et des paysages dépaysants de ce que j’avais l’habitude de voir. On m’avait prévenu et j’en fais de même mais croyez moi, une fois sur place vous serez surpris par les iraniens.

     Une destination que je conseille donc. Le gouvernement et la politique de ce pays sont une chose, le peuple qui y vit en est une autre… J’ai eu plusieurs fois la question à savoir si une femme pouvait voyager dans ce pays avec autant de facilité qu’un homme. Il y a 5 ans j’aurais certainement répondu non. Aujourd’hui pour une femme touriste il n’y aurait aucun souci. Une destination encore assez peu touristique et c’est ça que j’aime.

    Il me reste donc a vous souhaiter un Joyeux Noël et on se retrouve début janvier pour la suite des aventures !

En attendant, je vous laisse découvrir une petite vidéo résumant ce début de voyage (soyez indulgent, c’est une première mais sûrement pas la dernière !)

 

                          

11 décembre 2017 6 Commentaires
5 Facebook Twitter Google + Pinterest
Jour 96 –  Une rencontre qui nous mènera 3 jours dans le désert à vélo

    Arrivés dans la ville de Saveh, un peu plus au sud de Teheran, nous fimes la rencontre de David qui nous invita chez lui. Jusque là rien de surprenant. Mais la chose que nous allions découvrir, c’est qu’il fait parti d’un groupe iranien sur internet (télégramme) de cyclotouristes et qu’il organise des sorties de plusieurs jours en Iran. Par pur hasard, ou par chance, le lendemain même il partait pour une sortie de 4 jours, et qui se trouvait un peu près sur notre itinéraire ! Sans savoir exactement où nous allions, ou même qui nous rejoindra, nous acceptions d’y aller.

    Nous arrivons alors dans la ville de départ en camions-stop à Neuin (pour emmener 3 vélos et 3 personnes, il nous fallait bien un camion). Nous sommes arrivés vers 22 h et sommes donc prêts à dégainer nos tentes dans le premier coin de pelouse, comme nous avions l’habitude de faire. David ne le voyait pas de cet œil. Nous dormirons donc dans une mosquée et le lendemain nous nous réveillons entourés de 15 autres cyclotouristes, arrivés dans la nuit. Ils venaient des 4 coins de l’Iran.

    Nous avions bien fait de les rejoindre car nous étions accompagnés de personne parlant bien anglais et même d’une professeure de français exerçant en Iran. Quoi de mieux pour découvrir un pays !? Et surtout une culture ? Passer une soirée au milieu d’un désert, dans un ancien château de halte de caravaniers, avec 15 iraniens, décider de profiter de ce grand weekend pour se détendre, c’est quelque chose qu’on ne vit pas tous les jours. C’était incroyable ! Et le plus incroyable c’est que nous n’étions pas si seuls que ça… des paysans nous avaient certainement vu ou entendu, et c’est vers 22h qu’ils sont venus nous voir pour nous apporter un carton plein de gâteaux et des fruits.

    Notre itinéraire était donc les villes de Neuin , Varzanet et Yazd. Entre Varzanet et Yazd ; le désert. Nous pouvions dire adieu aux routes goudronnées. Des chemins facilement accessibles, en voiture ou vélo, mais qui sillonnent le désert sur 200 km. Parfois un peu de musique dans les oreilles et je me laissais tomber dans mes pensées. Je repensais à tout ce que j’ai fait, vu et ce que je suis en train de vivre. 3 mois de vélo et aujourd’hui, rouler dans le désert iranien. C’est un sentiment qui ne s’explique pas.

    Le plaisir de vivre, le plaisir de voyager.

    Après ce petit périple, nous avons donc continué notre route avec David qui est devenu, en quelque sorte, notre guide mais surtout un ami. Il a également de bons talents de négociateur, car en Iran, tu as les prix touristiques et le prix iraniens. Et là c’est beaucoup moins clair … Grâce à lui, nous pouvions souvent rentrer gratuitement ou à prix réduits, dans les lieux à visiter et les restaurants. Le seul défaut de David ? Il est iranien et adore donc prendre beaucoup de photos de nous. Dans les moments de fatigue, ça devient parfois pesant.

    Quoi qu’il en soit, il me reste 1 semaine en Iran car mon visa se termine. Nous avons de nombreux contacts iraniens pour les villes suivantes. Cela nous permettra de dormir au chaud pour ces dernières nuits. Un temps printanier la journée mais des nuits glaciales.

25 novembre 2017 1 Commenter
8 Facebook Twitter Google + Pinterest
Jour 91 – Hello ! Where are you from ? Selfie ?

Les indénombrables selfies que l’on me demande de faire, les gens qui te prennent en photo depuis leur voiture, les propositions à venir dormir chez eux ( que je dois malheureusement souvent refuser car sinon je serais toujours sur la frontière ), la nourriture,… voici mon quotidien.

Notre passage dans une ville ne passe jamais inaperçu. Un arrêt pour seulement acheter du pain et cela se finit en attroupement d’une dizaine de personnes. Et quand ils veulent faire des photos avec Simon et moi, c’est chacun leur tour. Le simple arrêt de 5 min passe à 30 min très rapidement. Oui Simon, un français avec qui j’ai fait une bonne partie de l’Europe à vélo. Je l’ai retrouvé en Iran pour reprendre à nouveau la route.

Géographiquement je vais donc en direction du sud jusqu’à Chiraz pour ensuite remonter au nord en faisant des petits détours jusqu’à Téhéran afin d’y prendre l’avion. Nous allons donc prendre des transports motorisés sur certaines parties de l’Iran afin de ne pas trop perdre de temps à passer de nombreux jours à vélo sur les routes droites, sans ville où nous croisons que des camions. Auto-stop, bus, train,… nous verrons ce qu’on pourra trouver. Le Visa c’est 30 jours et ça va très vite ! La météo est estivale.

Les températures montent et le soleil ne compte plus nous quitter.

19 novembre 2017 1 Commenter
7 Facebook Twitter Google + Pinterest
Jour 82 – L’Iran, les sourires, les rires, la joie, la générosité

    Plus que 50 km de descente et j’y suis . L’Iran.

     Le premier aperçu de l’Iran côté arménien était déjà changeant. Pratiquement plus de végétation sur les montagnes, une terre rouge-jaune et une chaleur que je n’avais pas ressentie depuis la Turquie. 

    Je tiens à préciser que j’ai mis 1 heure pour passer la frontière. Une frontière déserte. En tapant à un peu toute les portes dans les bureaux, j’ai finis par être dirigé grâce à plusieurs douaniers vers le tampon signalant ma sortie. Côté iranien, c’est déjà plus sérieux. Ils étaient tous présents à leur poste. Mais ça été encore plus long. Ils n’étaient juste pas très pressés. Quoi qu’il en soit, le soir même la tente était posée sur le territoire iranien.  

    J’ai quand même passé la nuit la plus bizarre et la plus agitée jusque là. En plein milieu de la nuit, un animal (une vache certainement), atteinte de maladie mentale, est passé à côté de ma tente en gueulant. Et ce, durant près de 2 heures ! Elle n’a pas arrêté de gueuler, plutôt bizarrement, à 100 mètres de moi, sans que jamais je ne puisse l’apercevoir mais qui c’est si c’était réellement une vache… 
     
    7 heure, déjà tout plié , je pars et au bout de 2 km un motard me proposait déjà de venir boire le thé et manger. J’ai donc roulé jusqu’à 12h, traversant des montagnes vides. Rien, personne. Juste ma route . Au fur et à mesure, un troupeau de brebis, puis un village … les seuls personnes que j ai croisé avaient le sourire et me saluaient. Peut être savaient-ils mieux que moi que la suite de la route serait beaucoup moins simple. J’avais de nouveau 40 km de montée à faire pour atteindre un sommet à 2400 m. Ayant un genou douloureux et pas mal de fatigue, l’idée de faire du stop m’a fortement traversée l’esprit, mais il n’y avait qu’une voiture toutes les heures. Je n ai donc pas pris le risque de m’arrêter et j ai continué à monter. L’oreille sur le Qui-vive, je tente ma chance à la première venue. Une voiture ! Je m arrête, je tends le pousse et fait signe. Bingo ! Il m’emmènera jusqu’à Tabriz . Il proposera du thé, nous mangerons du pain, du raisin, du fromage et il me donna même sa carte sim prépayée ! Incroyable ! (Impossibilité de refuser) 

    Une fois à Tabriz, direction le bureau de change (de nouveau un thé) puis chez « iran cell » pour acheté une autre carte sim avec internet. Puis direction un petit resto pour manger quelques chose de bien gras et bien consistant pour me changer d’une semaine de pâtes abusives. Au final, après m’avoir payé plusieurs thés et mangé comme 10 pour environ 4 €, une personne du restaurant m’invitera chez lui pour dormir, où deux de ses amis étaient présents. Au passage, on a remangé et re-bu du thé. Et pour finir la soirée, un de ses amis me proposa de visiter la ville et ses alentours en voiture le lendemain. 
    

     Résultat, cela fait 6 jours que je suis en Iran et j’ai déjà rencontré une grande famille absolument adorable chez qui j’ai mangé de très bons plats cuisinés à ne plus en pouvoir durant 3 jours ( d’ailleurs ils m’ont remplis les sacoches de nourriture et j’ai dû prendre 5 kilos). Un groupe d’ami, qui durant 3 jours, a tout fait pour m’acceuillir au mieux, ainsi que d’indénombrables personnes qui, sur la route, me saluent et  m’offrent de la nourriture. 

     Quel accueil !

  
    Pour précision, malheureusement je publierai l’intégralité des photos d’Iran qu’à ma sortie du pays. Beaucoup de sites web populaires comme Facebook, Snapchat, Flickr … sont bloqués en Iran. Beaucoup d’iraniens contournent les blocages grâce à des logiciels de détournement. Ce que je fais également mais du coup c’est très lent pour la publication de photos.

10 novembre 2017 0 Commenter
8 Facebook Twitter Google + Pinterest