Acceuil Traversée de l'Afrique Le Sahara, une région sans pitié – 27 200 KM

Le Sahara, une région sans pitié – 27 200 KM

par JordyAdventure 7 janvier 2019 1 Commenter

Tout d’abord, un joyeux noël et meilleurs vœux pour 2019 à ceux qui me suivent de loin ou de prés. 

Et un grand merci à vos petits messages d’encouragements et les nouvelles qui font plaisir à lire lors des soirées seul dans ma tente. 

Après avoir quitté la ville d’Aswan en ayant eu mon visa soudanais,  je me suis dirigé vers la frontière. La forte densité de population et l’agriculture abondante y est beaucoup moins présente. Je prends une route indirecte qui longe le Nil, rarement fréquentée par les touristes (rare pour les locaux également, une dizaine de voitures dans la journée). Je décide de choisir cette route au milieu du désert. Après quelques calculs, se seront environ 3 bonnes journées de vélo, sans point d’eau ni nourriture. Il y a cependant 2 ou 3 villages avec quelques habitants qui pourront toujours me fournir. 

La route est incroyable, certes désertique, mais elle change au fur et à mesure des kilomètres. La il y a un peu de relief autour de moi toute la journée je ne lâche pas des yeux ce qui m’entoure. Beaucoup moins ennuyant que les routes désertiques du Kazakhstan au passage. Le dernier jour (le 25 décembre) sera beaucoup moins simple. Parti le vent dans le dos, ce jour là le vent ne m’était plus favorable et la route était de plus en plus dégradée. Des fissures bombées en formes de ralentisseurs tous les 2 mètres m’empêchant de dépasser les 10 km/h.  La chaleur devenait de plus en plus insoutenable. L’après midi arrivait et il me restait encore 80 km à faire pour rejoindre une ville. Je n’avais plus qu’1 litre d’eau. Suffisant pour finir. Tout du moins, c’est ce que je croyais. (Je suis souvent optimiste dans la vie).  Malgré ma retenue à boire, l’eau a rapidement manqué. Et parce que ce n’était pas assez compliqué comme ça, la route était parfois ensevelie sous des dunes de sable.

Quand la nature reprend sa place

Pédaler était impossible et pousser le vélo n’était pas plus reposant. Mais là je n’avais pas le choix. Les pieds dans le sable et on pousse en levant le vélo pour avancer. J’aurais passé une nuit terrible si j’avais campé sans eau. J’ai arrêté les 3 voitures que j’ai croisées. Je n’ai pu avoir que 2 clémentines mais elles m’ont fait tellement de bien. Un cadeau de noël magnifique. J’ai eu d’ailleurs cette image des noëls où les gens se contenté de peu. Peu ? Ca dépend du point de vue …

On m’aurait tendu 20 euros où 2 clémentines, aucune hésitation. La saveur des clémentines furent incroyable. Désolé les 20 euros mais il me restait encore du papier toilette dans les sacoches.    

  Quand je calculais les distances et temps de vélo, je voyais bien que la nuit me prendrait avant d’arriver, mais tant pis. Et après tout, le soleil ne se couche qu’à 17h et je peux rouler la nuit. 20 km avant la ville, je tombe sur chantier, et c’est assoiffé que j’avale l’eau qu’ils me donnent. Bonne ou mauvaise eau, peu importe, j’ai si soif! Enfin! Plus qu’à rejoindre tranquillement la ville, dans le noir à présent.

Épuisé d’avoir fait 360 kilomètres en autonomie total, je vide la supérette du village et les militaires m’invitent alors à dormir dans le bâtiment où ils contrôlent la circulation. 

Les déserts n’ont aucune pitié, mieux vaut bien gérer son coup ! À vélo, cela reste encore assez simple d’avancer dans le désert ; on peut couvrir une distance assez importante dans la journée, mais si jamais le vélo venait à casser, à pieds, le dernier recours aurait été d’attendre une voiture. Dans le désert on ressent rapidement que le nombre de possibilités se restreint. La sensation de soif et de devoir continuer l’effort sur plusieurs heures pour avoir cette eau est une souffrance horrible.

Protégeons nos rivières, elles sont notre mère.

Sahara désert – Égypte

50, 40, 30, 20, 10 kilomètres, j’aperçois au loin la  frontière avec le Soudan.

Tu aimeras peut-être aussi

1 Commenter

Dax83 16 janvier 2019 - 20 h 13 min

Meilleurs vœux à toi!!!! Ne lâche rien!!! On est admiratifs devant ton voyage!!! Merci du partage!!!

Reply

Laisser un commentaire