Acceuil Tour d'Eurasie Jour 320 – Une semaine à vouloir lancer le vélo dans le fossé

Jour 320 – Une semaine à vouloir lancer le vélo dans le fossé

par JordyAdventure 6 juillet 2018 5 Commentaires

      Malade ! Oui c’est malade que je finirai la route au Tadjikistan. Certainement une bonne Tourista. Être malade et être sur la route c’est pas simple. On a envie d’un lit ou d’un canapé pour s’étendre et ne rien faire. Malheureusement a cause des visas je devais absolument être sur le vélo. Les routes chaotique du Tadjikistan aide pas les intestins… j’ai fait le petit poucet jusqu’en Ouzbékistan.
       Une journée fut encore plus dur que les autres je me suis arrêté le midi pour manger et je n’ai pas pu remonter sur le vélo tellement la douleur au ventre était forte. Deux hommes passé dans la rue . Ils sont venu discuté avec moi un moment puis m’ont proposé de venir dormir 1 heure chez l’un d’eux. Ce que j ai accepté sans hésitation. Après 3 heures de sommeil il m’avait préparer un goûter puis nous avions discuter jusqu’au soir. Ils m’ont également fait un médicament maison un verre de vodka avec une cuillère de sel. Ça devait me soulager. J’avais plus l’impression d’être passé à deux problèmes. La gorge en feu et le mal de ventre.

       Je ne remonterai pas sur le vélo ce jour là . J’avais besoin de ce repos et ce moment si particulier avec les deux amis que j’avais en face de moi ne me donnez pas envie de reprendre la routes. J’étais bien avec eux. Ils ne parlaient pas anglais mais nous arrivions à nous comprendre. Ils faisaient des efforts dans les explications et avec mon petit niveau de russe que j’ai acquis on a pu se comprendre sur beaucoup de chose. Après une bonne nuit je réussi le lendemain à remonter sur le vélo et je passerai la frontière pour entrer en Ouzbékistan.

      Accueillant les Ouzbek. J’avais eu des échos de cela qui s’avère juste.  Ils m’ont souvent proposé de dormir chez eux. Mais j ai aussi souvent refusé car dormir chez eux c’est aussi faire la fête et boire de la vodka … les bouteilles sont très rapidement mise sur la table et même en disant stop ils ne s’arrêtent jamais. Faire du vélo le lendemain n’est pas simple. 
Cela dit en Ouzbékistan j’ai pas fait beaucoup de vélo car mon visa Russe approchait et je voulais vraiment me balader tranquillement dans les villes plus tôt que de rouler dans le désert. Le désert j en aurai encore une bonne séance au Kazakhstan . Et j’ai bien fait. Les villes sont incroyable ! Je vous laisses les découvrir en photo dans l’album . Les photos diront d’elle même.

       Du coup j ai traversé le désert en train. Et traversé le désert dans un train ouzbek En class économique pendant 15 heures, c’est inoubliable ! Déjà dans le train c’est le marché … des gens se balade pour vendre toute sorte de nourriture, des vêtements… Comme d’habitude dans la cabine ou j’étais j’étais le centre d’intérêt et les gens te dise de goûter ça , de manger çi … puis mon voisin commence à sortir la bouteille de vodka d’un carton. Fallait que je tombe sur l’ouzbek qui voyager avec un carton de bouteille de vodka. La c’est pas de chance. Ou alors ils ont tous un carton de vodka avec eux. J’étais en plein dans mon film mais je pense que c’était l’heure de la vodka et de manger le repas… et la il fallait absolument que je sorte de mon lit et que je vienne goûter son poisson et sa vodka. Il voulait pas que je finisse mon film.
Un très bon moment en compagnie de ces personnes.

       Réveillé à 02 du matin pour le passage de la frontière … on devait rester éveillé durant 2 heures … une petite heure de sommeil puis à nouveau réveillé . J’étais arrivé au Kazakhstan.

       Le train me déposa dans le petit village de Beyneu en plein milieu du désert. C’était parti pour de nombreux kilomètre dans le désert. J acheté 4 litres d’eau en plus de mes 2 litres dans les gourdes. A peine sorti du village que je croise un troupeau de chameau emmené par un enfant de 16 ans. On se croit dans un film. Puis la ville se fait de plus en plus petite derrière moi puis plus rien … me voilà au milieu du désert.

       En résumer, des serpents, des chameaux, une route un soleil cuisant et rien d’autre… . Pas un seul dénivelé à l’horizon. Tout aurai pu mieux se passé si j’avais pas eu cette horrible vent de face qui me lâchera pas jusqu’en Russie … ce fut extrêmement énervant et dur . J’ai fait des 8 à 9 heures de vélo par jour afin d’avoir un peu de kilomètre pour en finir plus rapidement avec ce paysage qui n’avançais pas. C’était éprouvant. Psychologiquement usant.

      Tout ça pour dire que j’ai plus peiner à faire 1 semaine dans ce désert Kazakh que 1 mois dans les montagnes du Pamir…
j’ai malgré tout rencontrer de bonne personnes. Un homme m’a pris en voiture et m’a avancer de 300 km, il ne voulait pas me laisser sous se soleil cuisant au milieu de rien. Et j ai aussi était hébergé par une famille dans un petit village perdu où je faisais mon ravitaillement en eau. 

      Les arbres refont leurs apparitions, la verdure s’intensifie de plus en plus, je m’approche de la frontière Russe.

5 Commentaires
12

Tu aimeras peut-être aussi

5 Commentaires

Edwige 6 juillet 2018 - 14 h 01 min

Ton courage est extraordinaire et ta ténacité aussi
Continue à nous faire rêver

Reply
JordyAdventure 28 juillet 2018 - 11 h 23 min

Merci Edwige 🙂

Reply
marty 8 juillet 2018 - 17 h 01 min

coucou .oui çà fait un moment que je ne tes pas envoyer de message de soutien .pas bien .je viens de parcourir tes derniers commentaire qui sont toujours un régal a lire tes rencontres ,tes déplacements quelques fois un peu chaud ,prend soins de toi et bon voyage pour la suite. biz de FRANCE .MICHELLE.

Reply
JordyAdventure 28 juillet 2018 - 11 h 24 min

Merci beaucoup Michelle 🙂 A bientôt

Reply
Ghislaine Larcher 9 juillet 2018 - 6 h 55 min

Toujours aussi vaillant ! !pourtant tu n’à pas été aidé entre ta gastro et la vodka pas évident de rouler droit ! !
on a parfois l’impression que nous vivons dans un monde ‘individualiste mais tes récits montre bien que dans la difficulté les hommes sont près faire preuve d’humanité :c’est réconfortant .
BRAVO ET MERCI ! !COURAGE À TOI ! !
BISES.

Reply

Laisser un commentaire