Acceuil Tour d'Eurasie Jour 191 – Le Laos et ses dénivelés sans limite mais surtout une surprise culturelle

Jour 191 – Le Laos et ses dénivelés sans limite mais surtout une surprise culturelle

par JordyAdventure 26 février 2018 0 Commenter

      Ça y est, mon autorisation pour rester en Thaïlande se termine, il fallait donc que je rejoigne la frontière. Je n’avais pas pris de visa donc 1 mois seulement. La Thaïlande à vélo c’est plutôt une partie de plaisir. Des conditions agréables, tant au niveau température que relief. Généralement plat. Parfois certaines parties ennuyantes mais l’auto-stop durant quelques jours à dynamisé le voyage en Thaïlande.

      Je passe donc au dessus du Mékong en bus (vélo non autorisé sur le pont …), je me remets sur la voie de droite pour rouler et c’est parti pour le Laos . Quand je voyais le Laos depuis la Thaïlande je ne voyais que des montagnes. L’impression est bonne, le Laos est montagneux sur la partie nord. C’est interminable et d’une difficulté sans nom. La chaleur, les dénivelés excessifs, je fais de nombreux kilomètres en poussant le vélo, les journées sont parfois dures physiquement. Un groupe d’enfants m’a même aidé pour finir une côte en me poussant. Cela a ensuite fini en une course dans la descente. Une course scooter vs vélo. Ils ont gagné car cela m’a valu la casse de ma sacoche avant. Mais heureusement facilement réparable. Les chemins font subir beaucoup de choses au vélo.

      Ma paille filtrante a trouvé son utilité, il y a de l’eau venant d’un robinet collectif dans chaque village mais elle n’est pas potable. Les habitants font bouillir cette eau pour la boire. Ce robinet, c’est souvent la seule source d’eau du village, donc tout le monde vient y chercher son eau, c’est aussi le lieu de la douche. Ce qui me parait un peu une vie au camping est pour eux une vie quotidienne.

      Le Laos fait parti des pays les plus pauvres donc pour le coup niveau authenticité et dépaysement c’est surprenant. Les routes principales sont en très mauvais état et si on quitte la route principale ce sont des chemins chaotiques, et certains villages sont même encore inaccessibles en voiture. Les chemins sont financées par d’autres pays afin de pouvoir accéder aux villages, des financement venant de la Chine, de l’union européenne et plein d’autres associations qui viennent en aide au Laos.

      Vous avez cette image. L’image du village avec les maisons en bois et en paille, sur un sol poussiéreux, où les enfants de 3-4 ans jouent pieds nus, entourés de poules et de cochons. Cette image représente tous les villages que j’ai pu voir jusque là. J’ai commencé sur une route goudronnée, je suis maintenant sur un chemin de terre (financé par l’Europe) qui rejoind de nombreux villages au milieu des bois. Les seuls arrêts dans les villages créés une attraction autour de moi complètement dingue. Je suis un extraterrestre et chaque chose que je sors de mes sacoches fait parler.

      D’ailleurs j’ai un nouveau record. Le record du nombre de personnes autour de moi à me regarder. 53 personnes dont 2 chiens et tout ça, juste en mangeant. Il y a toujours eu une attirance des regards mais là ils ne me lâchent pas des yeux tant que je n’ai pas fermé la tente (et encore, les faisceaux lumineux qui éclairent ma tente se font toute la soirée).

     Ce qui me plait, c’est le fait que ce soit la nature qui prenne le dessus sur les villes et non l’inverse.

Tu aimeras peut-être aussi

Laisser un commentaire